vin pour couscous
Actualité

Vin pour Couscous

Le Couscous est le “plat de la Méditerranée”, symbole culinaire des pays d’Afrique du Nord, capable de se répandre et de s’implanter d’abord dans les territoires voisins donnant sur la mer, puis dans le monde entier. Aujourd’hui, il est également cuisiné dans notre péninsule, surtout dans les régions du sud. Dans cet article nous allons voir comment choisir un vin pour bien accompagner un couscous.

Quel vin pour un Couscous ?

Le Couscous est un plat résolument savoureux et varié. Dans notre cas, nous avons opté pour une recette dans laquelle la viande et les légumes coexistent, ce qui rend l’association avec le vin plus difficile. Il faut trouver un flacon qui puisse coexister avec nos deux ingrédients de base : corsé, pas trop léger et parfumé pour accompagner la viande, frais, élégant.

Une bouteille de Rosé, avec la fraîcheur et le parfum d’un vin blanc, et la chair fruitée et l’onctuosité d’un jeune vin rouge.

En général un bon vin pour couscous est choisi selon l’assaisonnement;

  • Le couscous est assaisonnée de morceaux de viande, nous recommandons un bon vin rouge
  • Si il est servie uniquement avec des légumes, nous recommandons un vin blanc.

 

Tout savoir sur le couscous

Le couscous est un plat dont les origines remontent à peu près au IXe siècle après J.-C. et qui est très répandu parmi les groupes indigènes nomades du nord-ouest de l’Afrique. Il s’agit notamment d’un plat traditionnel berbère, consommé par la partie nomade de la population. Ne disposant que de blé et de quelques autres ingrédients, typiques de ces régions, les nomades berbères ont dû se débrouiller d’une manière ou d’une autre et, comme cela s’est souvent produit dans l’histoire de la cuisine mondiale, de cette situation d'”urgence” sont nés des plats qui sont devenus populaires dans toute la planète. Le couscous est l’un d’entre eux.

Le nom de ce plat est évidemment d’origine berbère. Il dérive du terme “seksu” qui signifie “coupé en petits morceaux”. En effet, le couscous, surtout dans sa version originale, était caractérisé par la présence de minuscules grains de semoule de blé dur cuits à la vapeur.

Le couscous en Europe

Les premières preuves de sa consommation en Europe remontent au XVIIe siècle en France, dont l’influence sur les territoires du Maghreb est historiquement reconnue, et en Italie, notamment en Sicile, grâce aux commerçants d’épices et de tissus qui, à travers l’île sicilienne, faisaient la navette entre les continents européen et africain. Même aujourd’hui, le cous cous est un plat traditionnel sicilien, il suffit de penser qu’entre Mazara del Vallo et San Vito Lo Capo, on célèbre encore aujourd’hui la plus importante fête européenne consacrée à ce plat.

La tradition berbère veut que ce plat soit consommé de préférence le soir, aux mêmes heures où les premiers peuples nomades le mangeaient en se reposant dans leurs tentes après une longue journée de voyage et de travail. Toujours selon la tradition, le couscous est un “plat social” à déguster en famille ou avec le reste de la communauté, et à manger à la main, selon un protocole strict. Plus précisément, les trois doigts centraux de la main droite sont utilisés comme une sorte de cuillère, tandis que le pain azyme sert à ramasser les petits grains restés dans l’assiette.

Comment et quand manger du couscous ?

Comme tout plat international, le cousin a de nombreuses variantes. Les possibilités sont nombreuses car il existe de nombreux légumes, poissons ou viandes avec lesquels il peut être enrichi.

En général le couscous se mange avec du poulet et des légumes. Nous l’avons fait cuire dans la typique “cuscussiera”, une marmite composée de deux étagères superposées. Dans la partie inférieure, nous avons préparé un bouillon avec de l’eau, des oignons, des pommes de terre, des tomates, des carottes, du céleri, de l’ail et du sel. Dès que le bouillon a commencé à bouillir, nous avons ajouté nos grains de semoule de blé, cuits à la vapeur selon la tradition, sur l’étagère supérieure avec le fond perforé.

Pendant ce temps, nous avons fait cuire le poulet et les légumes que nous avons choisi d’ajouter au plat : tomates cerises, courgettes et poivrons. Nous avons ensuite tout mélangé et servi avec de l’huile et du basilic.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *